Notre weekend épicurien à Salavas

Publié le par Marie-Hélène

Ce séjour en Ardèche, on l'attendait impatiemment. Le départ en convoi rassemble les Epicuriens et après 160 kms environ, nous voici au bord d'une rivière pour …..non ! Pas tout de suite !! d'abord se restaurer après cet effort (assis ds la voiture et parler).
1er pique nique à l'ombre assez rapide....une rando nous attend !
Arrivée dans un village, derniers préparatifs et nous partons à travers ce village tout en pierres, d'où émerge un magnifique château.
Mais qu'il fait chaud !!!!!!
1ère grimpette, dans un chemin pierreux, encaissé, où l'ombre fait défaut et où le soleil en décime certains d'entre nous. Après quelques arrêts, marche sur un sentier de crête d'où l'on aperçoit dans des trouées de végétation, la rivière qui coule en bas.
Et toujours cette forte chaleur !
Qui dit grimpette dit descente et hop ! C'est parti ! C'est long, les cailloux roulent, pas question de lever le nez, la chute est assurée et c'est un peu plus ombragé.
Un petit chemin goudronné nous ramène dans le village auprès des voitures.
OUF ! 1ère étape franchie et sans perte !!!!
Puis départ vers l'hôtel à Savanas qui sera notre base durant ces 3 jours. L'arrivée à l'hôtel nous permet de se doucher, de se rafraîchir et moment épicurien, de prendre un apéro mérité !!
C'était sans compter avec nos farceuses de service (Francette, Nicole et Viviane) qui nous avaient concocté un spectacle dramatique de SAMU avec un cas grave et désespéré qui nécessitait la présence et la compétence de chirurgiens hautement qualifiés.
Après une franche rigolade, l'apéritif consommé dans la bonne humeur, les 25 épicuriens se sont installés autour des deux grandes tables, en parlant, riant et se détendant.
1ère journée vaincue, RV est pris pour le lendemain départ 9h.

Rando du 2ème jour.
Départ après le petit déjeuner, direction Labaume où nous laissons les voitures pour une rando de 13kms, annoncée un peu difficile.
Nous arpentons un chemin tranquille au milieu d'énormes plaques de roche, séparées par des failles profondes, puis le chemin se rétrécit pour traverser une sorte de lande, puis devient goudronné, nous traversons un village où toutes les maisons sont en pierres. Halte sur la place ombragée par de magnifiques tilleuls et visite de la petite église.
On descend ensuite , toujours sur un chemin goudronné bordé de ces énormes roches telles des rocailles naturelles ; on arrive après cette descente sur un plat où est installé une petite ferme avec poules, chèvres et …....lamas.
Puis visite d'une tour hérissée d'une statue dédiée à Ste.......... (désolée je n'ai pas noté), rassemblement et nous repartons.
Voilà notre 2ème descente dans un chemin caillouteux, malaisé pour nos vieilles articulations et il fait déjà très chaud ! Après une longue marche alternant grimpettes-descentes, nous nous dirigeons vers la rivière, ce sera notre arrêt cantine.
Pour y parvenir, nous avons un spectacle grandiose de falaises dominant la rivière et en bas, des avancées de roches comme un amphithéâtre au dessus de l'eau. Nous longeons la rivière sur une sente faite sur ces blocs pour gagner, à travers une « jungle », la plage, pour pique-niquer.
Après cette pause bien méritée, départ vers le village suivant et halte......rafraîchissements à la terrasse d'un bar pour savourer quelques boissons et un peu de farniente..... !
On se remet en route par une forte grimpette à travers ce village typiquement cévenol : des maisons en pierres, des voûtes, des ruelles étroites . Vraiment magnifique !
Après quelques hésitations , nous empruntons le chemin qui sera le dernier avant la partie route , nous ramenant aux voitures.
Retour vers l'hôtel, douches, apéro et repas. Le tout avec beaucoup de choses à raconter aux non marcheurs.

Le 3ème jour sera différent, certains allant visiter la grotte de Chauvet, d'autres s'éclipsant et les derniers, randonnant. Je fais partie de ceux-là et donc nous partons du village en grimpant à travers la forêt sur un sentier découverte : traces d'animaux, tubes panoramiques, végétation particulière et autre.
Marche sur une piste dans une forêt et descente ensuite dans la forêt des bruyères, petit sentier au milieu d'arbres enchevêtrés, on aurait dit une forêt appartenant à la légende du roi Arthur et où on s'attendait à croiser des elfes.
Puis retour au village avant le départ final.

Grand merci à ceux qui interviennent avant notre séjour, ceux qui font les reconnaissances des randos, celui qui les imprime et les organisateurs.

La langue de vipère

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article