Castelnau de Guers

Publié le par Epicuriens de la randonnee

Assez Assez coasse la grenouille !
Arrêtez Messieurs les nuages mes amis les épicuriens ne peuvent plus chausser leurs pataugas et venir flâner sur mes sentiers !
Merci Dame nature de nous accorder une éclaircie.
Tel un étalon fougueux, notre GPS Man, confiné dans son enclos peut enfin remettre son équipage en route.
Brrrrrr 7 petits degrés ce matin mais quel beau soleil et pas de vent pour cette journée à Castelnau de Guers de son premier nom Castrum Novum datant de 1069, petite ville qui surplombe la vallée de l’Hérault, bordé par la Voie Domitienne et par le chemin poissonnier.

Les voitures garées au parking du cimetière, notre troupe de 17 randonneurs


attaquent par une allée "d’os rangés sur le boulevard des allongés".
Un grand solipède sur ses quatre pattes vient nous saluer.

80 ans nous dit sa maitresse ! nous aussi à 80 ans on aura quatre pattes avec le déambulateur !


Un petit moment de recueillement sur le passage du premier malaise de notre Vivi, il y a bien des années quand elle gambadait comme une gazelle !

Nous longeons les vignes de Picpoul bien protégées par la statue de notre cher Bacchus où les viticulteurs s'affairent à couper les sarments

Alléluia ! Une petite chapelle nous inspire une prière "Macron donne nous notre SMIC quotidien pour nous pauvres électeurs "
Notre maître à penser Jean-Claude nous narre ce site original "l’étendoir des fées "
C’est une formation géologique assez spectaculaire et inédite dans la région, sur 200 m de long et 50 m de large

La légende prétend que les soirs de pleine lune, après la pluie laissée dans les cavités, les fées venaient laver leurs linges et les séchaient sur les rochers.
Ouille Ouille Ouille les fesses !!!

Chantal nous a fait un salto arrière !
Plus de peur que de mal mais surtout pour que Jean-Claude lui passe de la pommade !!!!!
Mais on est au printemps ! Les pâquerettes , le romarin et ces bruyères en fleur ravissent nos yeux.
Encore une belle journée en bonne compagnie


Nicole K.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article