Bessilles à Saint Pons de mauvais chiens .....

Publié le par Epicuriens de la randonnee

Je vous souhaite à toutes et tous une belle et heureuse année
ainsi que la bienvenue à tous les nouveaux adhérents de cette saison.

Nicole K.

Maître Jean-Claude dans ses Quechua bien cirées
Tenait son GPS dans ses mains joliment gantées
Eh bonjour belle assemblée de retraités

Je vous souhaite la bonne année
Que vos pieds ne soient pas fatigués

Mieux affuter vos bâtons pour cavaler
Que les agapes restées sur vos hanches vont se ratatiner
Et les langues bougrement déliées
Pour passer de belles journées en randonnée

Après avoir accueilli gentiment Christiane et Martine deux charmantes gymnastes (on ne les a pas vu faire le grand écart) de Jean-Claude qu’elles n’étaient pas de la première jeunesse, mais c’était pour les taquiner, nous avons rejoint notre point de départ: Bessilles
Le parc des acrobates, passons ce n’est pas pour nous, on serait trop éblouissant à faire les singes sur les tyroliennes !

Cachée sous les pins, une belle capitelle émerge entre les branches.
Une pensée pour Mireille lors de notre passage près d’un lama et nous lui souhaitons un prompt rétablissement.

C’est balin-balan que nous trottons sur ces sentiers caillouteux.
Le soleil joue à cache-cache et quel délice quand nous passons à l’abri du vent, les forsythias pointent leurs petites corolles jaunes et quelques roses  " mignonne allons voir si la rose qui ce matin avait déclose "

se hérissent tristement sur leurs tiges dépourvues de feuilles.


 

Nous contournons le village de Saint-Pons de Mauchiens, selon une légende contraction de mauvais chiens, paroles qu’aurait prononcées le seigneur du château au moment où ses chiens ne l’ayant pas reconnu, l’égorgeaient. C’est un village circulade dont la structure date du moyen Âge et surtout y réside Brigitte notre langue de vipère !
Gérard sort un drôle de trépied pour ancrer son séducteur, alors que s’offre à Chantal, un charmant siège de reine en pierres. Eh oui Enrico privilège envers la femme de GPS man, au bureau !
Dommage ! ils sont mariés, sinon je crois que l’on finirait par aller à la noce, Didier et Bozo ne se lâchent plus et patati patata, et je te fais voir çà et là et tatati et tatata !
Voilà nous retrouvons nos attelages, encore une belle journée passée en bonne compagnie.

 

 

Nicole K.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article