Candillargues et ses étangs en or

Publié le par Epicuriens de la randonnee

Vendredi matin
GPS Man, sa femme et ses marcheurs
Sont venus au parking pour se serrer la pince
Allez c’est parti, les flâneurs ont dit
Puisque c’est ainsi on reviendra mardi
 
Avec le clafoutis !!!
 
21 randonneurs ! 
Ouh la la ça sent le printemps, cela commence à fourmiller dans les gambettes de ces jolies donzelles, la phase préparatoire de rentrer dans le maillot de bain est lancée !
 
Direction Candillargues.
Eh Oh Enrico tu avais mis ton GPS sur promenade pour nous faire tourner sans arrêt autour des ronds points ?
Enfin nous atteignons notre destination et notre adorable benjamine Valérie a fait de délicieuses crêpes toute la nuit pour les voir englouties en 2 minutes par nos gastrolâtres sur la place de l’église de Candillargues qui a été fondée au XIIème siècle, la cloche datant de 1648 (les nôtres sont moins vieilles !) et l’année 1978 est marquée par la découverte de vieilles fresques.
 
Les premières traces d’occupation de Candillargues datent de la préhistoire et se situent dans la zone marécageuse qui borde l’Etang de L’or.
 
La rue et l’église portent le nom du saint patron du village : Blaise !
C’était peut être le valet Blaze ( nom de Blaise en anglais ) de Don Salustre ce cher pingre de la folie des grandeurs!
C’est l’or…..il est l’or……l’or de se réveiller……..Monseignor……..Il est huit or……..
d’où éventuellement le nom de l’étang !
Allez nos courageux chahuteurs, plongez et jouez les orpailleurs pour nous couvrir de paillettes !
Hélas on croit encore être des princesses, pas un seul casse-cou n’aurait l’idée de se mouiller !
Et ce n’est pas l’eau qui manquait aujourd’hui, nous commençons notre parcours par un passage bordé de bambous, où de multiples trous de ragondin menacent nos petons.
Jean-Claude a fort à faire avec nos trainards ! devinez qui ? 
Boule et Bill mais qui est Boule et qui est Bill ?
Quel luxe pour notre pique-nique, des tables, des chaises, le tout au bord de ces marécages, dans lesquels toute une faune d’oiseaux déambule sous un soleil de printemps.
On pourra admirer des couples de cygnes, espèce qui vit toute son existence avec la même femelle, ce qui n’est pas toujours le cas chez nos paroissiens.
Des hérons prendront leurs envols devant nous, et nous apprécions de mirer des sarcelles, cigognes, la foulque macroule, échasse et toute une multitude d’oiseaux du marais.
Mais c’était sans compter sur les chemins imbibés d’eau, impossible de passer.
Allez hop demi tour, trop de boue, les petites vont s’asphyxier dans cette vase!
Ah çà cause moins dans les rangs, c’est quand que l’on voit l’église ! Il y a du massage de guiboles en vue pour ce soir !
Eh Jean-Claude : 14,920 Kms, tu aurais pu nous faire une petite boucle de 80 m pour arrondir à 15 Kms ! 
 
Encore une belle journée en bonne compagnie
 
Nicole K.
 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article