1er randonnée de 2020 : Les lavoirs et fontaines

Publié le par Epicuriens de la randonnee

2020 BONNE ET HEUREUSE ANNÉE A TOUTES ET TOUS
 

Elle n’a pas changé ! 
Toujours aussi azimutée !
Mais c’est de notre Vivi dont je parle.


 

Le convoi de 6 voitures s’ébranle doucement avec Christian en tête et papoti papota dans la carriole :
Nicole : Christian, tu es devant ?
Viviane : forcément, il conduit !

Pouget et ses fontaines
VIVE L’EAU

On n’en peut plus de biberonner !

Tiens un petit blanc avec les huîtres et que dirais-tu d’un léger moelleux avec le foie gras ?
Oh, mais je t’en prie sers nous donc cet excellent bordeaux avec ce magret de canard farci aux morilles et foie gras 
Et ce délicieux brillat savarin accompagné d’un capiteux Nuit Saint-Georges
Ah quelle merveille cette bûche au chocolat suivi d’une coupette de bulles !
Voilà ce que notre foie a subi pendant 15 jours et se retrouver ce matin pour se désintoxiquer est une réjouissance.

La fontaine de Patari adossée au talus, créée en 1849 entre les collines de Pater Noster et de St Amans, fait partie du vaste réseau hydraulique de la commune du Pouget.
Ensuite, vient la fontaine fraîche, les pougétois ont creusé de profondes galeries d’une longueur de 1200 m de façon à canaliser l’eau captée dans les sources des collines.
Quelle est belle cette traversée du village de Popian.

Situé au centre d’une butte, l’ancien château offre les restes d’une tour et d’un escalier menant à l’église paroissiale Saint-Vincent, autrefois chapelle castrale.
A quelques mètres, la tour de l’Horloge, cette tour de plan rectangulaire était aménagée d’une herse et composait l’un des principaux ouvrages d’entrée du village. Elle fut d’abord transformée en beffroi, dotée d’une cloche puis modernisée d’une horloge publique et s’ouvre sur la place de l’ormeau, aménagée d’une belle fontaine du XVIIe siècle.
Pouvant dater de la même époque, le four banal du village est un des rares éléments bâtit de ce type encore visible de nos jours dans la vallée. Il subsiste la bouche couverte d’un linteau ainsi qu’un décrochement des deux côtés du mur provoqué par la présence de deux imposants corbeaux, servant d’appui à la hotte de la cheminée aujourd’hui disparue. Plus loin, les deux lavoirs anciens et modernes de part et d’autre de l’Auréole, nous rappellent le dur labeur des bugadières (femmes faisant la lessive aux lavoirs) avant l’avènement de la "très sainte" machine à laver.
Mesdames ! Vous vous rendez compte ce qu’on à échapper !

Un bel arc-en-ciel nous accompagne pour cette joyeuse escapade.
IBP 37 facile que du plat, n’est ce pas Mireille ?
Ah, si je tenais celle qui a dit çà !!
Bizarre, je l’ai entendu au moins 20 fois.

Enfin, une belle et large table nous tend les bras et met nos popotins au frais pour nous sustenter.
Silence, les mandibules besognent à fond sur les sandwichs, les salades, les bananes ( hein Viviane ) et on enclenche avec la tournée de gâteaux, chocolat etc…..

Encore une belle journée  en bonne compagnie.
Nicole K.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article