Balade domaine de Bessilles

Publié le par Epicuriens de la randonnee

En ce 16 octobre 2020, nous nous retrouvons 17 à 9H30 au parking du cimetière à Mèze, chaudement habillés ; doudounes, polaires et cols sont de sortie. Tout le monde est à l’heure, et c’est dans la bonne humeur que je fais l’appel. C’est parti …..Nous nous embarquons dans les voitures direction Bessilles.

10h Arrivée à Bessilles.

Après quelques bavardages et dans une ambiance bon enfant, nous démarrons la « balade des gens heureux ».

J’ouvre la marche avec Neva, Enrico pour une fois fera la « voiture balais ». Je propose alors une chasse au trésor pour retrouver un capuchon (que j’ai perdu la veille en repérage) histoire de pimenter les choses.

C’est ainsi que nous nous aventurons dans la vigne, qui malgré l’automne prends des airs de printemps.

En effet elle est envahie de petites fleurs blanches.

Nous nous arrêtons pour regarder des roseaux qui ont poussé aux abords de la vigne, et certains, avec un peu d’imagination y verront des cannes à sucre …

Le contraste entre la vigne et les fleurs est un décor parfait pour faire une « photo de classe ». Nous nous regroupons donc le temps de faire la pause. Nos deux photographes, Claude et Vincent font çà très professionnellement.

Un peu plus loin, c’est un tapis de fleurs blanches qui s’étend devant les ceps de vigne. Pour peu on se croirait à la neige.

D’ailleurs, certaines d’entre nous ne résistent pas à l’envie de se jeter dedans …

Après un temps de récréation, nous continuons  notre chemin jusqu’à l’auberge de Bessilles, et là Enrico repasse en tête du peloton et moi je ferme la marche.

Après le passage d’un petit pont en bois « qui ne tient plus guère que par un grand mystère » comme dirait la chanson, nous nous aventurons dans la forêt.

 Changement de décor : Arbres, épines de pins, et champignons jalonnent notre chemin. Vincent tombera même sur un beau spécimen (voir photo).

Plus loin, le terrain se fait un peu plus « montagneux ».

Et que je monte, et que je descends, çà met un peu de piment. La « joyeuse troupe » semble apprécier ces petits dénivelés. Mais comme toutes les bonnes choses ont une fin, nous voilà arrivés au point de départ, le parking.

Après avoir récupéré nos victuailles, nous nous dirigeons sagement vers l’entrée du parc, tous masqués comme le veut la règle, et un peu dispersés pour ne pas attirer l’attention….

Nous arrivons en contrebas et c’est là que nous nous installons confortablement sur des tables de pique-nique et bancs en bois. Après cette pause semi-gastronomique, sandwish pour les uns, salade pour les autres, assortis d’un petit café pour se réchauffer, nous levons le camp et nous dirigeons vers la sortie. Quelques petits mots échangés avant de monter dans les voitures, et c’est la fin de l’aventure.

Valérie, votre accompagnatrice bien inspirée…

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article