Navacelles et son cirque

Publié le par Epicuriens de la randonnee

Ce vendredi je participe à  une randonnée organisée par notre GPS MAN Jean-Claude au Cirque de Navacelles. Une fois n’est pas coutume je me joins au groupe des randonneurs. Il faut dire que le lieu choisi n’est pas banal.

En effet, le Cirque de Navacelles qui est au cœur du territoire des Causses et des Cévennes, niché dans les gorges de la Vis aux pieds du Larzac  a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l’humanité par l’UNESCO en juin 2011 au titre des paysages culturels de l’agropastoralisme méditerranéen.
Quand la nature joue avec les éléments et avec le temps, elle façonne des curiosités uniques telles que ce Cirque.

C’est un des plus larges canyons d’Europe qui offre des panoramas à couper le souffle.
1400 mètres séparent les Belvédères de Blandas et celui de la Baume Auriol alors qu’ils se font face au- dessus de Navacelles.

Mais la question que l’on se pose c’est :
Comment a-t-il été créé ?
Quand la Vis fait son Cirque, certains se mettent à penser qu’il est question de météorite ….
Et bien non ! Ce n’est pas un cratère de météorite.
Ici la Vis a creusé son lit dans le calcaire des Causses du Larzac et de Blandas, formant de vastes et sinueux méandres. Au fil du temps l’érosion de la roche a permis à la rivière de couper au plus court et de former une belle cascade. Elle a abandonné son ancien lit et libéré le méandre que l’on voit à nos pieds. Il faut savoir que la température de la rivière ne dépasse pas les 15 °C…Avis aux amateurs de baignade ..
Pour la « petite Histoire », ce lieu est presque Millénaire.
La première trace écrite de l’existence des Moulins de la Foux remonte à l’an 1097 !C’est à cet endroit que ressurgit la Vis après son passage souterrain depuis Vissec à environ 9 kms.
On y aurait même retrouvé des traces de l’occupation de l’Homme depuis le néolithique..
C’est également un lieu de nidifications d’espèces protégées.
Il n’est pas rare d’observer des vautours ou autres circaètes.
Au total 25 espèces d’oiseaux protégés y ont été recensées.

C’est donc une randonnée exceptionnelle qui nous attend.

Après un trajet en voiture d’une bonne heure et demi nous faisons un arrêt incontournable pour voir le Cirque dans toute sa splendeur. La vue est à couper le souffle …

Nous apercevons en contre-bas le hameau de Navacelles

A la fois paysage naturel grandiose et façonné par l’Homme au fil des siècles (murets, terrasses, vergers, pâturages, et moulins) incluant harmonieusement les usages actuels des habitants et des visiteurs.

Nous entamons alors la descente vers le hameau.

Chaque virage offre un nouveau panorama sur ce large canyon, contraste entre l’aridité du sommet des Causses

Et le fond du Cirque verdoyant auprès de la cascade 300 mètres en contre-bas. 

Une fois arrivés au parking de Navacelles, nous nous engageons le long de la rivière en direction du  pont où une petite photo de famille s’impose.

Commence alors une ascension sur la falaise vertigineuse

Menant aux Moulins de la Foux.

Nous sommes impressionnés par la hauteur et le vide...

Enfin moi en particulier … D’ailleurs je crois que si l’on m’avait mis une olive entre les fesses, j’aurais fait de l’huile !!!

Quant au sol !!!! Comme dit la chanson «  des pt’tits trous, toujours des pt’tits trous » Et bien là c’est plutôt « des cailloux toujours des cailloux ».

Cela n’empêche pas Didier de faire la grimace derrière mon dos en réponse à sa femme qui lui fait des recommandations de prudence. 

C’est dans cette ambiance un peu survoltée que nous atteignons enfin le GRAAL !!!+

Les Moulins de la Foux !!!!

Une SPLENDEUR !!!!

Le jeu en valait la chandelle. Quelques photos, et déjà il nous faut repartir. Et oui Bernard, pas la peine de s’installer à table ce n’est pas ici que nous allons festoyer…

Après quelques tours et détours nous voilà arrivés dans une petite prairie. Chacun s’installe comme il peut, à la bonne franquette le cul par terre, ou sur des petits sièges  qui  donneront bien du fil à retordre à  Didier qui mènera bataille pour ouvrir le sien.

La pause-déjeuner terminée nous reprenons la marche après une pause technique (pipi selon la formule mathématique 3,14 x2 nous dira Vincent).

La chaleur commence à se faire sentir et nous nous approchons de la rivière, le temps de se rafraichir et de mouiller la casquette,  où je me fais surprendre en drôle de posture par notre présidente qui ne rate pas l’occasion de faire un cliché..

C’est alors qu’une autre surprise nous attend…

Voilà qu’il nous faut maintenant faire de l’escalade !!!

Heureusement nous avons une corde pour nous appuyer.

Nous longeons la rivière à travers les bois pendant un bon moment avant d’arriver au hameau très pittoresque avec ses maisons en pierres et son porche qui mène au cœur même du village. Une brasserie – crêperie attire notre Enrico qui  s’installe suivit de tous les épicuriens désireux de se réhydrater. Quoi de mieux qu’une bonne bière ou unebolée de cidre…

Je suis alors prise en flagrant délit de gourmandise que j’assume. Je commande une crêpe au sucre et citron.

Et oui une bretonne qui rentre dans une crêperie et qui ne commanderait pas de crêpes ce serait une anomalie !!!

Après cette pause épicurienne nous nous dirigeons vers le parking puis nous nous ravisons pour aller voir la cascade en contre-bas ou quelques courageux prennent le bain.

Un petit détour pour observer les quelques maisons à l’autre bout du hameau et nous repartons direction Mèze

Avec plein d’étoiles dans les yeux.

Une bretonne bien inspirée.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article