Langue de vipère : Les Blaquières

Publié le par Epicuriens de la randonnee

16.

Il y a longtemps que nous n'avions pas été aussi nombreux!

Est-ce pour cela qu'au départ on en avait déjà perdu quatre? Petit problème pour rejoindre Pignan....

C'est parti!

Le chemin emprunté est très caillouteux et ça grimpe! Plus personne ne parle hormis les "il fait chaud" et le début d'un effeuillage sur l'air de "Déshabillez-moi" de Juliette Gréco.

1ère halte après la 1ère grimpette : café,( merci pour les porteurs de thermos Chantal et Guy), eau, bonbons et arrêt technique pour certaines...

Après l'effort, la récompense....logique implacable!

On repart tranquillement et soudain un obstacle....l'enclos de 2 chevaux! Et là, une voix s'écrie :

"C'est une vache ou un taureau?"

Viviane n'arrive pas à identifier ces deux autochtones ! mais blonde et belge, je vous laisse tirer les conclusions......

D'autres préfèrent courageusement contourner l'obstacle...ces deux chevaux qui nous regardent sans broncher et peut-être trop contents d'avoir des visites!

Nous sortons de l'enclos et repartons plus ou moins regroupés.

 

 Proposition est faite de faire un petit détour pour aller voir un "aven".

ça valait la peine car le spectacle est superbe!

S'offre à nous Le Bouladou, petite rivière encaissée dans un cirque et qui sert de tombeau à deux carcasses de voiture et vous n'imaginez pas ce que peut générer comme commentaires la seule vue de deux épaves rouillées....

-" là au moins, on ne la trouvera pas..." ( Jeannot)

-" c'est souvent pour l'assurance..." ( Denise)

-" c'est quelle marque?.." ( question et réponse collégiales)

Et alors que tout le monde a déjà dit son petit mot, notre Mimi-Viviane s'exclame : " Oh! il y a des voitures dans l'eau!"

Blonde et belge....je vous laisse tirer les conclusions

Nous n'irons pas voir de plus près, trop long détour.

Retour sur le sentier délaissé pour l'aven- certains jouant l'école buissonnière, d'autres préférant suivre le guide notre GPS man Jean-Claude. Mais tout le monde se rejoint sans problème.

On re-arpente le chemin -toujours caillouteux et qui grimpe de plus en plus, au milieu d'un paysage magnifique ( sapins, cyprès, arbustes de garrigue) avec aussi sauts d'obstacles ( grosses roches en tracers du chemin) et ça grimpe, ça grimpe.......

Ouf! on est en haut devant un très beau panorama!

A l'unanimité, on décide de dresser la table d'autant que de belles grosses pierres plates accueillent nos fesses ( qui a dit que la rando fait maigrir? HUM!!!!!) et pendant nnos agapes, devinez qui vient flairer voire lécher nos sandwichs et autres?

Clotaire et Félicie....aussi! deux chiens certes courts sur pattes mais sâcrément rondouillards, on dirait ces moines mais ne dit-on pas que ce sont des EPICURIENS?

Tout ça n'entame pas notre bonne humeur et commence la distribution de cake, gateaux, chocolat, figues sèches (du maroc SVP) et café! Quel délice pour nos papilles, ça flatte nos muqueuses! Merci à tous ceux qui pensentà nous donner ces petits bonheur.....

 

Restaurés, on redémarre mais il faut descendre ce qu'on a grimpé.....of course !

Que la pente est raide, longue et caillouteuse, enfin en bas on se retrouve dans des prés juste avant la civilisation (quelques belles maisons perdues dans les bois), un cheval (encore!) mais lui aura droit à une gâterie( non! que du pain dur!).

Qui a dit "gourmande"?

 

Le soleil commence chauffer et dans certains endroits abrités, il fait presque trop chaud, mais c'est vrai que le printemps est bien là, preuve en est les jolies fleurs ramassées par Cathy ...

On emprunte un chemin en sous-bois qui va tranquillement nous ramener aux voitures.

Belle randonnée et bravo à notre bureau pour ce choix.

La langue de vipère...... 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article