Weekend larzacois

Publié le par Epicuriens de la randonnee

Ste Eulalie du Cernon

2 randos, 1 soirée délirante = W.E épicurien!

Pour accéder au Puech du Mous, il fallut grimper......comme d'habitude, mais nous avions cette fois-ci un Artemis à 2 pattes : Fred.

Bien au devant comme éclaireur suivi par notre petite troupe de « vieux » et quoiqu'il en soit nous sommes tous arrivés en haut... » rien ne sert........à point! »

La-haut, magnifique panorama avec vue sur Ste Eulalie, sur les collines environnantes et sur le vélo-rail.

Puis l'heure c'est l'heure: repas oblige.

Et là! Une Francette qui nous fait un festival phobie vipère, au point de finir son repas carrément sur moi et de jouer à la lépreuse avec des bâtons de marche pour son besoin pipi.....!

Enfin, pas de bestiole en vue, si ce n'est la langue ici présente!

Nous voilà repartis, le soleil chauffe mais le chemin est partiellement ombragé.

Fatigués, 5 « boulets » se détachent et empruntent un chemin de retour un tantinet plus court. Ce qui permet aux autres d'apprécier et la précision et la rigueur mais surtout l'opiniâtreté de notre GPS 'man Jean-Claude.

«  Il y a un chemin, là » , « Tu crois? » «  Oui, il y a un chemin! » La réalité est bien là : le chemin existe. Merci Jean-Claude !

Petit chemin tout en descente tantôt très ombragé, tantôt à découvert , caillouteux ou herbu mais très agréable et qui nous ramène au village.

Réunion sur la place de Ste Eulalie avec les non marcheurs où tout le monde se rafraichit.

Chaque arrivant était accueilli par de grands « houhou, houhou » ce qui eut pour effet d'amuser les rares groupes autour de nous.

Puis nous découvrons le gîte dans une tour et après une bonne douche, apéro avec petits amuse-gueules, muscat, whisky, porto mais aussi jus de fruits et eau: on est épicurien ou on ne l'est pas!

On s'achemine tranquillement vers le repas et les fous-rires toujours d'actualité avec Mireille et son lama rond à queue touffue, fou-rire aussi avec la tête de notre hôte ( très gentil au demeurant), fou-rire avec les petits verres de rhum amélioré ou de verveine maison grâce auxquels notre président Christian aura une révélation: se pacser deux fois avec Fred....la suite est trop intime pour être divulguée!

La fin du repas se termine dans la bonne humeur et chacun choisit sa fin de soirée, Mireille veut retrouver son lama, elle sera accompagnée cette fois-ci , d'autres vont discuter dehors avec les accompagnantes d'un groupe de jeunes dépressifs, et d'autres vont se défier à la belote.

Coucher pas trop tardif car demain la rando est annoncée plus longue et surtout plus rude......

RV le lendemain 8h pour un petit déjeuner et on démarre vers 9h30.

Le chemin assez étroit que l'on emprunte grimpe rapidement et l'effeuillage du haut est vite atteint.....puis «  allumez vos lampes: tunnel sous le vélo-rail «  et ça remonte....c'est un euphémisme car la grimpette n'est pas longue mais RAIDE.

GPS man nous l'avait dit : 1ère rando ,dromadaire....2ème rando, chameau......donc on redescend pour mieux remonter mais cette fois-ci plus cool!

On parvient sur le plateau, toujours beau temps sans vent, petit pique-nique grâce au panier repas et un abandon de poste : Denise repart avec Jo mais par la route. On a bien essayé de tous rentrer dans le coffre mais à 11 ça le faisait pas!

Nous voilà repartis et après une longue marche sur le plateau il fallait bien descendre.

Chacun à son rythme car c'était assez pentu et caillouteux, puis le chemin s'assouplit, on fait une pause auprès d'ânes et de chevaux ( certains ont d'ailleurs de réels talents d'imitation de cris d'âne!).

La Baraque, resto-gîte est en vue , nous ne sommes pas loin de Ste Eulalie .

On débouche sur la route après une dernière grimpette et nous arrivons dans le village.

Où croyez-vous que l'on ait vu une vipère? Dans la toute petite et étroite sente bétonnée d'un côté et avec un muret en pierres de l'autre côté: « Ah! Une vipère! » Je ne bouge pas complètement tétanisée elle passe à côté de mon pied et continue vers Dany qui elle non plus ne bouge pas ; quant à Francette , elle a déjà couru en bas de la sente.....mais la vipère s'est réfugiée dans le mur en pierres .

Ça fait drôle!

Retour au café où l'on peut savourer un rafraîchissement et où les non-marcheurs racontent comment ils ont occupé leur temps.

Séjour agréable et belles randos, la vie est belle!

La langue de vipère......

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article